Enilorac
Nationalité :
Française
Âge :
54 ans
Résidence :
France
Enilorac
Peinture
Œuvres de l'artiste
250 € à 3 300 €
Followers Art Traffikers
7

Avoir une vision colorée du monde n'est pas un trop plein de naïveté, c'est un combat !

Enilorac

Présentation de Enilorac

Enilorac, c’est avant tout la couleur, puis un « alphabet » de codes, de signes, de formes… Mais en premier lieu, la couleur, la couleur la couleur… Avec toute la gaîté, la joie, et oui, un esprit résolument positif que cherche à transmettre l’artiste par sa peinture.

 

Vous ne serez pas étonné(e)s d’apprendre que son envie de peinture, de ces couleurs, s’il a toujours été omniprésent chez ENILORAC, a fait son « coming-out » après un voyage en Afrique noire. C’est lors de vacances en famille au Sénégal que Caroline (de son prénom, dont elle a inversé les lettres pour donner naissance à Enilorac), a été captivée par les couleurs autant de l’artisanat et de l’art locaux, que celles des boubous chatoyants aux motifs entrelacés.

 

C’est bien de là que proviennent ses œuvres si singulières, mais surtout de ce déclic.

De retour chez elle, ses premières œuvres naissaient. Et plutôt que de prendre des toiles sur châssis, elle préfère s’exercer sur des plaques métalliques de récupération qui, finalement, ne la quitteront jamais et deviendront son support de prédilection.

 

Car elle en apprécie le contact sous le pinceau, et l’idée d’utiliser des supports issus de la récupération, du recyclage. Supports que son mari lui dénichait, lui préparait et lui finissait pour ce qui est de leur accrochage (et encore aujourd’hui).

 

Mais, si ce désir gourmand de peinture est de l’ordre de l’impulsion, ses œuvres sont aussi pensées, préparées, que les traits qui les composent sont méticuleusement tracés, sans « bavures ».

 

Chaque œuvre est le fruit d’une recherche permanente d’association de couleurs d’une part, et de ces formes, codes, symboles. Recherches, étude dont elle remplit des carnets à dessins qu’elle conserve précieusement. Tel un herbier aux espèces dont elle répertorie, étudie le contenu qu’elle ne cesse d’enrichir. Herbier qu’elle consulte avant de débuter la composition de chaque œuvre qu’elle travaille d’abord sur papier. Entre étude du choix des couleurs, et associations, agencement des formes et signes qui vont la composer.

Ce n’est qu’à l’issue de ce travail aussi méthodique que méticuleux qu’elle passe à la création sur le support définitif. Seul le format de l’œuvre est prédéfini afin d’en passer commande à son époux pour qu’il se mette en quête de la tôle adéquate et la prépare.

 

Pour autant, au fil de la création de l’œuvre sur son support, elle peut encore évoluer et n’est finalement jamais fidèle au dessin préparatoire. En fonction de l’humeur, de l’envie, de l’inspiration, de l’idée. Mais aussi en fonction de son mari et de son fils.

 

Car ils prennent part, avec un œil critique, à la création de chaque œuvre, des premières intentions sur papier à la touche finale. Et chaque œuvre terminée fait l’objet d’un « conseil de famille » pour sa validation.

Il en résulte un style très reconnaissable aux frontières de l’art africain (dont l’inspiration originelle reste très présente), de l’art Tembé et de l’Art dit naïf. Et outre les couleurs, les symboles, son « alphabet », et son trait, ce qui rend également très identifiable les œuvres d’Enilorac, c’est aussi ce travail de composition, d’assemblage de ces fenêtres, cases, agencées les unes à côté des autres, entre rectangles et carrés, chacune dotée de son symbole, tel un puzzle, pour structurer l’ensemble.

 

Les amateurs de bandes dessinées y verront sûrement un aspect narratif tant la structure en est proche. Se cacherait-il une narration derrière cet agencement de codes, de symboles ? C’est en effet la « touche ultime » des œuvres d’Enilorac : au-delà de leur esthétique elles laissent une part d’interprétation, de lecture, dont chacun se créera sa « pierre de Rosette » pour en déchiffrer le sens.

 

Entrée en sélection « Certifié Art Traffik », les galeries commencent à s’intéresser de près aux œuvres d’Enilorac et il ne fait aucun doute, pour Art Traffik, qu’Enilorac y gagnera ses lettres de noblesses et toute la reconnaissance qu’elle mérite. Pour l’heure, Art Traffik est très heureux de vous en faire découvrir les œuvres. Faîtes vous plaisir car leur prix est encore très doux et idéal pour un premier achat d’œuvre ! 

 

LES ARTISTES QU'ELLE ADMIRE : 

Niki de Saint Phalle Alexander Calder Keith Haring