Julie Espiau
Nationalité :
Française
Âge :
54 ans
Résidence :
France
Julie Espiau
Sculpture
Œuvres de l'artiste
350 € à 2 500 €
Followers Art Traffikers
2

Je modèle la matière et sculpte le vide. Pour traverser les corps et atteindre les émotions, l’invisible et l’indicible, au-delà des attitudes et des apparences

Julie Espiau

Présentation de Julie Espiau

Julie se souvient avoir toujours aimé peindre. Toute petite, crayons, pinceaux, papier et toile étaient ses compagnons favoris. Elle voulait être artiste, ou à minima enseigner les arts plastiques. Pour autant, la vie l’a à plusieurs reprises écartée de sa passion. Et même si elle revenait à l’art, elle s’en écartait voire « l’oubliait » par contrainte extérieure, ou par choix raisonné. Dans son cheminement de vie elle va osciller entre sa passion et choix professionnels ou personnels.

Mais l’Art a fini par reprendre le dessus, définitivement…  Après un grave accident qui l’immobilise et nécessite 3 ans de convalescence, elle décide de reprendre les pinceaux, et dès qu’elle l’a pu, les cours de peinture… « Ça m’a permis de tenir » affirme-t-elle. La création ne l’a alors plus jamais quittée. Mais alors qu’elle peignait avec bonheur et tout en couleur, une nouvelle épreuve lui en fait perdre goût. C’est alors qu’un ami l’invite à essayer la sculpture. « Cela a été une révélation. La terre m’apaise, me permet de m’évader : je rentre dans ma bulle…Avec le passage à la terre, je mets en forme ce que je dessinais autrefois, mais autrement ». Et si le dessin fera alors partie de sa démarche artistique, la sculpture en est désormais le fruit que nous sommes heureux de vous présenter. La relation à la terre, à la matière, et donc au volume, mais aussi (et surtout) au vide, comme à la couleur qu’a trouvé Julie Espiau dans la sculpture lui ont ouvert une porte et un champs lexical artistique qu’elle ne cesse d’explorer et sublimer.

Son sujet ? Celui qui a toujours, toujours, été le sien, y compris en peinture et en dessin : la Femme. Son intention ? Aller au-delà des apparences, bien au-delà… Et surtout au-delà des canons de beauté que tente de nous imposer notre société, car la beauté est ailleurs. C’est en cela que la sculpture a été, entre autres, une révélation car elle lui a permis d’aborder autrement, plus en profondeur je dirais, le sujet de la Femme et de nous en offrir un autre regard que celui que Julie Espiau explorait par le dessin : ce que dissimule l’apparence du corps.

Par la sculpture, « bien plus qu’une représentation des corps, je tends à exprimer par les vides les émotions exacerbées » nous explique Julie. Au premier regard abstraite, chacune est une sorte de représentation figurative de l’émotion, de l’âme, de la beauté de la Femme.
Femme qu’elle veut généreuse, voluptueuse telles que le sont les courbes de ses sculptures mais dont le vide nous laisse voir, ressentir, transfigurer ce que l’apparence matérielle dissimule, renferme de l’âme, de la Beauté de la Femme, de chacune des femmes qui inspirent Julie.  « Je passe à travers l’enveloppe corporelle pour faire resurgir l’intime, le personnel. Ce que l’on veut, ou ne peut pas dire. Les vides et les pleins font partie intégrante de mes sculptures. L’un n’existe pas sans l’autre. Ils se complètent, dialoguent et s’entremêlent pour faire place à une création originale. Je modèle la matière et sculpte le vide, comme autant de destinations pour dévoiler les émotions et l’intime. »

C’est aussi pour cela, d’ailleurs, que Julie tient à ce que chaque œuvre soit une pièce unique et qu’elle se refuse à réaliser des tirages de ses œuvres numérotés, « car chaque femme est unique ».

 

De plus, chacune de ses sculptures est inspirée par une émotion et naît chargée d’une émotion de l’instant qu’est celui de sa création.

 

« En tant que femme et maman de 5 enfants, je souhaite en finir avec les stéréotypes des corps parfaits. J’ai ainsi décidé de sublimer la volupté des corps pour dénoncer les canons de la beauté féminine. Les corps que je façonne échappent à la représentation de la femme objet et trouvent dans mes sculptures une scène pour s’exprimer. La beauté d’un corps ne se réduit pas être parfait. Elle réside au contraire dans sa particularité et surtout dans sa différence. »

 

Pour cela, Julie Espiau n’a cesse de noircir des carnets de mots et de croquis, par centaines dont le trait est guidé par ses émotions.

 

Croquis qu’elle va trier, classer, agencer sur un mur où Julie va les accrocher et devant lequel elle pourra passer des heures. Jusqu’au jour, au moment où elle va en choisir un, pour des raisons et émotions qui lui appartiennent, et alors le réaliser en terre.

 

Bien entendu, le croquis papier ne « montre » et guide qu’une face de ce qui sera en 3 dimensions, appelant à ce qui n’est pas dessiné naisse sous les doigts et instruments de sculpture de l’artiste.

 

Mais portée par l’instant de création, par la matière et l’émotion de l’instant, même ce qui était dessiné va évoluer. « À ce stade le monde disparaît autour de moi et le temps s’arrête, pouvant travailler des heures en oubliant de manger, de dormir ». 

La sculpture prend forme, et vie. D’abord par une forme globale dont elle aura pris soin de laisser et préserver du vide à l’intérieur, pour ensuite, par découpage de cette « enveloppe », et modelage, créer les courbes et le vide, ajourant la sculpture. Car contrairement à la très grande majorité des sculpteurs, Julie Espiau pense plus au vide qu’à la matière. Pour elle « c’est le rythme des vides qui crée l’histoire ».

Et pour ceux qui connaissent la céramique, vous en apprécierez le défi technique pour parvenir à cette légèreté, et ces vides… Ce qui est en soi d’ailleurs une contrainte pour Julie Espiau car elle voudrait aller encore plus loin. Raison pour laquelle elle pense à la cire et au bronze pour lui permettre des formes, courbes et vides que la céramique lui empêche d’exploiter, réaliser…

Vient alors la couleur qui est la dernière étape après le passage au four de la terre modelée, percée, découpée. « Le choix de la couleur se décide au dernier moment, sur l’instant, là encore guidé par le thème, l’émotion qui a généré la sculpture, mais aussi par mon émotion de l’instant ». 

Naissent ainsi ses sculptures. Naissance dont le croquis initial est d’ailleurs remis à chaque acheteur, tel un certificat de naissance avant de quitter l’atelier et leur créatrice, non sans difficulté avoue-t-elle car Julie Espiau est attachée à chacune d’elle… 

C’est tout cela qui crée la singularité et la Beauté des œuvres de Julie Espiau. Chacune de ses sculptures est une émotion au féminin, une Femme en émotion, une figuration de l’Âme et de l’émotion féminine dont la beauté est justement intérieure, et que le vide nous révèle, et sublime. En cela, Julie Espiau s’avoue être encore « frustrée » car elle s’estime encore insatisfaite par ce que la technique limite la traduction de ce qu’elle ressent et voudrait nous offrir. Ce qui l’amène à être en recherche permanente de solutions et en amélioration permanente de sa technique. Et aucun doute que son degré d’exigence et sa quête d’une traduction émotionnelle pure de l’âme de la Femme va l’amener à nous offrir des œuvres toujours plus puissantes dans ce qu’elles nous ouvriront de la Beauté de la Femme. Et cela, plus encore depuis que la nature et l’océan dont elle s’est rapprochée l’imprègnent et l’inspirent dans sa création.

Nous qui aimons les Artistes sincères, en évolution permanente, dont le Talent est au service de la Beauté, nous sommes heureux de vous la présenter et de la représenter. 

 

3 ARTISTES QU'ELLE ADMIRE

Henri Matisse Amedeo Modigliani Vassily Kandinsky