Notseig
Nationalité :
Française
Âge :
29 ans
Résidence :
France
Notseig
Photographie, Dessin, Art digital
Œuvres de l'artiste
300 € à 1 900 €
Followers Art Traffikers
14

Il n’y a ni meilleur, ni moins bon que soi, car nous sommes les seuls à savoir faire ce que l’on fait. Plus encore quand c’est avec cœur et sincérité.

Notseig

Présentation de Notseig

Notseig ? C’est de l’ultra-sensibilité… Mais pour en goûter toute la portée et la charge émotionnelle, il faut aller au-delà d’une vision « simplement esthétique » de ses œuvres. Il faut pénétrer dans son univers, et en avoir quelques clés de lecture, dont les principales tiennent à l’histoire et la personnalité de l’artiste.

 

C’est donc avec la permission de l’artiste, parce qu’il l’assume pleinement, que je vais vous révéler au moins une partie de son histoire personnelle qui ouvre la porte à toute la profondeur et la charge émotionnelle de ses œuvres, et cette « ultra sensibilité » de l’artiste qui est à l’origine de la BEAUTÉ de ses productions.

 

Pierre, de son prénom, est un survivant, un rescapé du spleen, du mal-être et oui d’un état de dépression profonde, jusqu’à avoir été hospitalisé à différentes reprises. Il a traversé les premières années de sa vie avec le poids d’une détresse émotionnelle au point de se mettre en danger. Contexte familial, part de sensibilité innée aussi sûrement, épreuves, pressions, névroses, parcours et expériences de vie… « J’ai toujours été sur le fil, et j’ai été jusqu’à vraiment basculer et toucher le fond. Je m’enfermais toujours un peu plus dans une extrême solitude parce que je subissais un Monde auquel je voulais plaire mais qui me renvoyait une image dégradante de moi-même et donc, sans jamais être moi-même, tout en m’interrogeant… Pourquoi ? Quelle est ma place dans ce Monde ? Y ai-je ma place ?».

 

Pierre trouve refuge dans un univers qu’il se crée et qui lui permet de se sentir VIVANT… Univers fait de jeux-vidéos et de musique, qui exacerbent et aiguisent sa sensibilité déjà extrême.

Sa sensibilité conjuguée à sa solitude l’appelle à la création… Il s’essaye au piano, mais finit par en mettre de côté la pratique « le piano est aujourd’hui un Amour à sens unique, que j’ai saboté, mais auquel je ne renonce pas ». Il essaye aussi la guitare, tente la création de bijoux, mais sans trop de conviction… « cela me vidait la tête, mais c’est tout ». Il compose aussi de la musique, pour laquelle il prend le pseudo Notseig, mais là encore il se saborde.

Le dessin, l’Art ? Bien entendu il y a pensé et se souvient de quelques dessins et du plaisir de les avoir faits (et de leur résultat) mais de là à devenir artiste ? Inimaginable pour lui ! Toujours faute de confiance en lui…  « J’ai été brisé, saboté, tellement dénigré, par les autres, puis par moi-même ». Pierre est en pleine errance entre ses blessures et sa solitude… Il pressent l’art comme un moyen d’exprimer ce qu’il est et ressent l’envie de créer, mais sans oser, ni assumer, il se refuse à l’art et en particulier au dessin, qui deviendra, pourtant, son medium.

 

Car un jour, me raconte-t-il, « je lis un livre qui est un déclic. J’ai alors inversé le sens de la pente ». Son titre est évocateur : « cessez d’être gentil, soyez vrai » de Thomas d’Asembourg… Ce que cela change ? Tout pour Pierre … Car il comprend qu’il n’a jamais été lui-même, vrai, mais que le reflet des désirs des autres ou de leurs projections, et jamais à la hauteur de leurs attentes… Pour ces raisons, il s’est interdit … le dessin. Il veut briser ce paradigme et décide de prendre un crayon, une feuille. « Je me souviens de cette feuille blanche… Le premier trait que j’y ai posé a été l’un des actes les plus difficiles de ma vie. Mais progressivement les suivants sont devenus de plus en plus faciles… ». Pierre renaissait… Notseig, en tant qu’Artiste, voyait aussi le jour…

Le dessin ne l’a dès lors plus jamais quitté et Pierre n’a eu cesse de s’améliorer pour que son trait soit toujours plus fidèle à ses émotions… Puis, il découvre la photo, et décide de se perfectionner avec cette même volonté : harmoniser le fruit de sa création à SON univers intérieur. Ce qui l’amène à vouloir aller plus loin dans l’image et sa composition : il apprend à travailler et surtout recomposer l’image par informatique, et crée des œuvres en digital art.

Dessin, photos, ou digital art:  trois mediums très différents qu’il exploite pour retranscrire ses émotions, et/ou la narration de son univers. Mais qui, chez Notseig, trouvent leur union, leur résonnance, leur harmonie au travers de la sincérité de ce qui l’anime et dont il imprègne ses œuvres.

Car il faut donc comprendre, pour le ressentir, que les œuvres de Notseig, quel que soit le medium, émanent toujours soit d’une émotion qu’elles traduit, soit d’une envie de narration de son univers. Univers fait d’imaginaire, de fantastique, et une part de mysticisme provenant de ses interrogations profondes sur sa place dans le monde.

 

Ainsi, comme le conscient est relié à l’inconscient, ou comme ce qu’est l’abstrait rapporté au figuratif : soit son émotion est traduite dans sa dimension sensible et surtout instantanée, pure, soit dans un contexte narratif.

 

Dessin ? Certains naissent d’un trait irréfléchi, chaque coup de crayon naissant et étant guidé par le précédent, s’approchant alors d’une forme d’abstraction. D’autres proviennent d’une intention que l’artiste a en tête et souhaite projeter sur le papier, car l’intention narrative est alors plus figurative. Photographie et/ou digital art ? Il en est de même… La photographie se suffit à elle-même pour saisir en image une émotion pure, où l’artiste va s’arrêter au bord de la route soudainement pour figer ce qu’il vient de voir parce qu’il y a trouvé un écho avec ses propres émotions ou que cela a généré une émotion forte en lui. Mais quand il s’agit d’une envie narrative, l’artiste mène un travail de composition, de recomposition d’images,  quittant la photographie pour exploiter les techniques du digital art. Il varie ainsi les mediums en fonction de son intention, et de son envie, mais toujours porté par l’expression de sa sensibilité. Chaque œuvre a pour lui une portée émotionnelle intense.

Pierre crée, à cette époque, sans avoir d’autre but que de faire ce qu’il aime, et non pas encore le désir d’en vivre et d’assumer sa création en la soumettant au regard des autres… Il crée pour lui, pour laisser libre court à ce qu’il est et l’habite, déterminé à « être vrai ». Il accumule les œuvres, et prend aussi confiance… Il OSE l’envie de montrer ses œuvres d’abord via les réseaux sociaux sous le pseudonyme Notseig. Ses œuvres collectent les « likes », les commentaires élogieux… Il crée alors son site internet et vend ses premières œuvres… L’artiste qui a finalement toujours été en lui, mais refoulé, s’expose et finalement s’assume. « Je n’avais jamais accepté de m’assumer artiste : je reprends MA place ». Il approche une galerie de Limoge, où il réside, elle l’expose. Et c’est là qu’il contacte Art Traffik… C’est le coup de foudre, tant avec l’homme que l’artiste et ses œuvres… Ce qui nous rend d’autant plus heureux de le représenter avec la ferme intention de faire découvrir plus largement ses œuvres, son Talent, pour qu’il en récolte le succès qu’elles méritent, qu’il mérite.

 

Entrez dans l’univers de Notseig et laissez-vous porter, toucher par son univers, son ultra-sensibilité, en laissant la votre s’exprimer… Il se pourrait bien, qu’alors, maintenant que vous en avez les clés, le frisson soit là…

 

LES ARTISTES QU'IL ADMIRE : 

Mathew Borrett Aydıne Büyüktaş Luke Adam Hawker

L'artiste en vidéos

Les derniers posts sur l'artiste

Découvrez tous les posts Découvrez tous les posts

Toutes les œuvres de Notseig