Carne Griffiths
Nationalité :
Britannique
Âge :
49 ans
Résidence :
Royaume-Uni
Carne Griffiths
Peinture
Œuvres de l'artiste
40 € à 4 500 €
Followers Art Traffikers
13

Je suis fasciné par le flux des lignes et les «lignes invisibles» qui nous relient au monde naturel.

Carne Griffiths

Présentation de Carne Griffiths

C’est Anne, de l’équipe Art Traffik, qui m’a fait découvrir le travail, l’univers de Carne. Lors d’un voyage au Cambodge, elle a rendu visite à la galerie TRIBE Cambodia à Siem Reap qui représente un de nos autres artistes, Fin DAC.

 

Elle y découvre les œuvres de Carne Griffiths et en tombe amoureuse, en achète une pour sa collection personnelle et me la montre dès son retour en France. Coup de foudre… Quelques mails et échanges téléphoniques plus tard, Carne nous faisait le plaisir d’accepter d’entrer dans notre sélection. Nous sommes donc tout particulièrement heureux de vous le présenter et de partager avec vous ses œuvres, qui sont le fruit de son univers…

Je vais passer vite sur son parcours … Originaire de Liverpool, il est diplomé du Kent Institute of Art and Design à Maidstone en 1995 puis déménage à Londres où il apprend la broderie, dans la plus ancienne entreprise de broderie en fil d'or au monde, où il va travailler pendant 12 ans pour en devenir le directeur de la création.

 

Outre des travaux pour le théâtre, la mode ou la publicité,  ses créations sont aussi utilisées dans l’industrie du cinéma pour les uniformes des films Valkyrie, Le dernier roi d’Écosse, et en particulier son «manteau rouge de la mort» qui a été utilisé dans « Le fantôme de l’opéra », avec pour spécialité reste ses motifs floraux. En parallèle, le dessin l’a toujours toujours accompagné.

 

Il fait partie de ces artistes dont le, les crayons ont toujours été un accessoire de VIE indispensable. Jusqu’au jour, en 2007, où il décide de se consacrer à plein temps à sa création, ses dessins, et de quitter sa vie professionnelle. Grâce à la singularité de ses oeuves, très vite il entre en galeries, et gagne la reconnaissance des acteurs du marché comme des amateurs d’Art. Car c’est bien de singularité dont j’ai envie de parler quant aux œuvres de Carne Griffiths. Singularité de style, singularité de technique, singularité d’univers et, singularité de ce qui en résulte : la beauté qui se dégage de cet ensemble dont la première caractéristique est l’harmonie. Singularité… et harmonie donc.

Singularité de technique pour commencer… Vous trouverez de nombreux articles de presse, d’interviewes de Carne dont le sujet principal est sa technique car ses oeuvres ont la particularité d’être réalisées (outre le crayon, l’encre et ou de la peinture), en association avec un liquide comestible complémentaire : longtemps avec de l’alcool ( brandy, whisky, vodka…) mais désormais principalement voire exclusivement du thé.

 

Car de cette association de médiums naissent, certes, ces « coulures », mais surtout cette palette de couleurs, de fondus, aux teintes si particulières empreints de naturalité. « L'alcool a un effet curieux sur l'encre. Il se comportent très différemment à l'eau, en créant une variation des couleurs que j’aime, tout en les imprégant plus profondément au papier ». Couleurs auxquelles s’entremêle son trait de crayon, dynamique, spontané, aussi riche qu’intense… Trait au sujet duquel Carne parle d’écriture, et plus particulièrement d’écriture « automatique ». Car ses œuvres naissent dans un état de concentration. Non pas au sens méthodique, même si ses œuvres ont la minutie et la finesse du détail de la broderie, mais au sens d’un état de connexion de Carne à ses émotions, à son instinct, et à une part de spiritualité, non religieuse, en lien à l’Universel. Ce qui m’amène au sujet, à l’univers de Carne, et à ce qu’il appelle les « lignes invisibles »

Son sujet de prédilection et quasiment unique, à quelques exception près : des protraits de femmes… Belles, envoûtantes, captivantes mêmes… 

 

« Je n’ai pas de muses, ces femmes sont un mélange de références et d'imagination. Je me nourrie de photographies de protraits qui captivent mon regard par leur beauté et m’inspire de cette esthétique féminine pour, par mon travail, faire ressortir ou pour ajouter un sentiment de mystère, ou une part de séduction ».

Cependant, l’univers de Carne va au-delà de ces visages… Il y a une vraie part d’onirisme, voire de fantastique, mais avec pour fil conducteur la nature, la naturalité, et ses « lignes invisibles ».

 

Ces visages semblent émerger, naître d’une flore dense, avec laquelle ils font Un, et dont le lien est le trait jusqu’à se confondre avec cette naturalité. Et c’est précisément là que réside le talent de Carne et la puissance de ses œuvres : cette capacité, par le trait et ses couleurs, à créer une union aussi esthétique que vivante, vibrante. De la contemplation dans leur intégralité de chaque œuvre, Carne nous offre  une puissance émotionnelle et esthétique. Mais lorsqu’on « entre » dans le détail de ses traits, courbes, et couleurs,  c’est alors une exploration, un voyage dont le guide sont ses lignes. Et c’est alors que l’on découvre toute la magie de ses œuvres.

 

Pour cela, je vous invite à visionner une de ses vidéos (ci-dessous) où par l’animation 3D de ses œuvres, il nous fait entrer dans son univers et nous en fait découvrir toute la portée du voyage qu’il nous offre.

« Nous sommes tous connectés émotionnellement ou spirituellement à ce qui nous entoure, que ce soit aux personnes, aux animaux, à la nature. Je vois ces connexions, (pas littéralement) comme des lignes entre des objets, reliant ces éléments dont nous sommes tous constitués, comme des contours.

 

De ce lien entre les éléments, de ces lignes naisssent beaucoup de choses différentes, y compris l'énergie, les émotions ou les connexions spirituelles, mais aussi, fondamentalement, tout ce que nous ne comprenons pas vraiment ». C’est par son trait qu’il dessine et met en couleur ces « lignes invisibles », mais universelles, et leur donnent vie. Entre détails minutieux et énergie, spontanéité créatrice.

 

Les œuvres de Carne vont donc au-delà du portrait. C’est ce qui en procure l’intensité, la puissance, la douce puissance, et la beauté. Le véritable sujet est donc bien « ce lien » naturel et universel. Son talent réside en sa capacité à le sublimer au travers de ces portraits, et l’harmonie entre son trait, ses couleurs, son sujet, et donc … sa singularité.

 

Nous sommes donc très heureux de vous présenter des œuvres uniques et originales (dont les prix n’ont eu cesse d’augmenter) mais aussi, à prix plus accessibles, parce que Carne est réellement dans un esprit de partage et d’accessibilité de l’Art, certaines de ses impressions en série limitées et numérotées. Bienvenue à Carne Griffiths en sélection Master, bien entendu, et beau voyage à vous !

 

LES ARTISTES QU'IL ADMIRE : 

Daniel Baldwin Henry Darger André Masson

 

L'artiste en vidéos

Les derniers posts sur l'artiste

Découvrez tous les posts Découvrez tous les posts

Toutes les œuvres de Carne Griffiths