Laetitia Lesaffre et sa série Kintsugi, en hommage aux femmes victimes de violences, mises à l’honneur

25/11/2021

Artistes

240 vues

Primée à l’occasion de la journée de débat quant aux violences faites aux femmes au ministère de la santé, l’art de Laetitia Lesaffre se fait remarquer et est exposée au Ministère de l’Economie et des finances.

Nous sommes très heureux de partager l’actualité de cette artiste qui nous tient à cœur au sein de notre sélection : Laetitia Lesaffre.

Elle sera en effet exposée et mise à l’honneur, du 22 novembre au 2 décembre, au ministère de l’Économie et des Finances à Paris. La série « Kintsugi reflets de femmes » a tout d'abord été dévoilée au tribunal de Grande Instance de Pontoise lors du grenelle des violences faites aux femmes. Invitée par la députée Fiona Lazaar, Laetitia Lesaffre a présenté sa série à la Ministre chargée de l'égalité Elisabeth Moreno et aux députés présents.

Cette nouvelle exposition institutionnelle à Paris sera une belle occasion de découvrir ses œuvres, son art, son talent, si vous ne les connaissez pas encore, et en particulier cette série singulière intitulée « Kintsugui reflets de femmes », en hommage aux femmes victimes de violences.

Son objectif : Les sublimer en utilisant la méthode ancestrale du kintsugi.

« J’ai eu envie de créer cette série en découvrant l'art du kintsugi lors de mes recherches de peintres laqueurs. Sa symbolique m'a frappée lorsque j'ai réalisé l'ampleur du mouvement metoo, et la force de ces femmes qui prenaient la parole. »

Outre la beauté des œuvres, de la démarche, la symbolique est forte.

Le Kintsugi, c’est l'art de la résilience. En soulignant d'or les cicatrices, rassemblant et recollant les pièces éparses, l'art du Kintsugi (ou Kintsukuroi) rend les objets cassés paradoxalement plus beaux, plus forts, et plus précieux. Belle métaphore que Laetitia explore en associant son art, et sa démarche créative, à l’art Kintsugi.

L’art de Laetitia Lesaffre ? Celui du portrait, où chacune de ses œuvres est le fruit d’un travail de lumière grâce auquel le reflet du modèle, dans un panneau laqué (créé par Laetitia selon la méthode ancestrale des grands maîtres asiatiques) est photographié. Révélant l’âme, la poésie, intemporelle, de l’humain, femme, homme, enfant...

Pour cette série, tout à fait singulière, Laetitia a décidé de d’abord longuement échanger avec ces femmes victimes, de les écouter, avant de les plonger dans l’obscurité de son studio afin d’y réaliser une séance photo. Dans cette ambiance faîte d’ombre, de lumière, d’intimité, d’introspection, et face à ces miroirs que sont ces larges panneaux de bois recouverts de laques rouges, noires, bleues ou encore vertes.

De la séance, une seule photo sera retenue. Ensuite, au lieu du papier Beaux-Arts qu’elle utilise comme support à ses œuvres, Laetitia Lesaffre a imprimé le cliché sur céramique qu’elle cassera à l’aide d’un burin. Enfin, avec des tubes de laque ainsi qu’un petit pot d’or 24 carats disposé sur la table, elle recollera méticuleusement une à une les parties cassées du portrait, chargée de l’émotion de cette reconstruction et de ce que Laetitia connaît de chacune de ces femmes.  

En échos et résonance aux chiffres des violences faites aux femmes qui ont outrageusement augmenté pendant la crise Covid 19 et des confinements successifs (+60%), cette série prend tout son sens, toute sa légitimité, et en démultiplie sa portée.

Laetitia Lesaffre : « En soulignant leurs lignes de failles par le kintsugi, je sublime finalement leurs lignes de force »

A voir absolument !

  •      Biennale de photographie : Mairie du 15e, invitée d’honneur. Du 10 au 14 Novembre dans les salons d’honneur de la Mairie du 15e..
  •     Exosition des oeuvres Kintsugi au Ministère de l’économie et des Finances du 22 Novembre au 2 Décembre.
  •     Exposition à Leuven, Belgique  :  galerie Frans Vanhove.
  •     Exposition Natures partagées sur les grilles du Parc des Buttes Chaumont.

Article publié par Nausikaa Derambure