Jonathan Ouisse
Nationalité :
Française
Âge :
36 ans
Résidence :
Hongrie
Jonathan Ouisse
Peinture
Œuvres de l'artiste
1 800,00 € à 7 500,00 €
Followers Art Traffikers
3

Nourri de la peinture de la Renaissance, j’en ai gardé pour beaucoup le format, l’ombre et la lumière, sa dramaturgie, mais aussi sa narration, que je mets au service de la critique contemporaine de l’Humain, de sa société, de ce qu’il en fait.

Jonathan Ouisse

Présentation de Jonathan Ouisse

Découvrir la peinture, les œuvres de Jonathan, c’est souvent avoir un premier mouvement de recul. De ce pas en arrière pour « mieux y voir ». Tout d’abord parce que ses œuvres sont très majoritairement de très grande taille et que ce même recul est nécessaire pour les appréhender. Ensuite par ce qu’elles sont aussi intenses que riches, en couleurs et en détails. Il faut donc quelques secondes, et ce pas de recul, avant de pouvoir s’imprégner de leur « tout ». De leur ensemble esthétique, mais aussi de ce qu’elles nous racontent. Car toutes ont un sujet que Jonathan a voulu traiter pour nous amener au questionnement, et souvent, à l’introspection. Car toutes parlent de nous, hommes, femmes, enfants, au sein de notre société contemporaine.

 

 

Et là où Jonathan se révèle être de mon point de vue très doué et vraiment très prometteur, c’est quant à son univers et son esthétique qu’il sait parfaitement associer, l’un sublimant l’autre, avec pour couronner le tout une technique hors pair qui sert l’ensemble.

 

Avant d’aller plus loin, et cela va vous éclairer, sachez que Jonathan dès son plus jeune âge, en famille, a été nourri de la peinture de la Renaissance lors de nombreux voyages à Florence, Venise, Vérone… Autant de « villes Musée » où il a pu admirer ces immenses fresques narratives religieuses, catholiques, ou traitant de la mythologie greco-romaine. Ces peintures dont la dramaturgie, les scènes lyriques se « lisent » au travers de la foultitude des détails (certains bien dissimulés), de leur composition, et une multitude de personnages… Ces peintures où l’ombre et la lumière (le claroscuro), conjuguées à l’intensité des couleurs,  finissent de sacraliser la scène, ses sujets. Regardez ci-dessous : « La Cène » de Léonard de Vinci, « La création d’Adam » de Michel Ange, « les noces de Cana » de Véronèse, ou encore la « Venus d’Urbin » de Titien…

 

 

Vous l’aurez compris : cela n’a pas été sans influence sur Jonathan, son regard, ses envies…

Sa peinture en a gardé le format, la dramaturgie, sa mise en scène lyrique, voire une inspiration des codes du Sacré, du mystique. Les couleurs, les codes, sont chez Jonathan bien entendu résolument contemporains, de son, de notre époque, avec une forte influence de la culture Hip-Hop, mais tout aussi intenses. Et à la place des apôtres agenouillés devant Jésus, de Dieux d’anges, de démons ou de Vénus : nous, notre société, avec nos vénérations, nos démons, les démons, nos victimes, nos guerres de tout ordre… et leurs conséquences. Voilà donc l’Univers de Jonathan : une critique voire satire de notre société sur laquelle il veut nous amener à nous questionner par une esthétique, par une intensité de couleurs et contrastes et par une mise en scène dramaturgique, issues de la Grande peinture de la renaissance, mais rendue contemporaine par la palette de couleurs, et les sujets…

 

Il lui a fallu de nombreuses années avant d’en arriver là. Techniquement et humainement, sa peinture s’est construite en même temps que l’homme et le père qu’il est. Une enfance où il maniait déjà la peinture à l’huile, une adolescence où ses choix d’options jusqu’au baccalauréat étaient les arts plastique, un passage à l’école des Beaux Arts d’Angers (où son talent n’a pas seulement été reconnu mais critiqué), une école de graphisme dont il a fait son métier en parallèle à la peinture. Il n’a cessé de peindre, d’explorer. Ce n’est que lorsque son épouse et lui décident d’aller vivre en Hongrie, dont est originaire son épouse, que Jonathan décide de se consacrer et de s’investir dans son Art, la peinture. Et il le reconnaît, il a fallu que sa première fille naisse pour qu’un déclic ait lieu : son univers se transforme et s’enrichit. D’abord en allant plus loin dans l’engagement responsable de sa peinture, tout en explorant et exploitant l’univers innocent de l’enfance et de ses codes pour rendre plus sensible, touchante, voire percutante sa critique de notre monde. Des animaux apparaissent, entre animaux Totems, fort de symbolisme, animaux victimes de l’humain, ou au contraire reprenant le dessus.

 

 

Ce n’est que plus tard, autour de 2014,2015, que l’univers enfantin laisse la place à l’univers « mystique » qu’il détourne aujourd’hui, et où, naturellement, les animaux ont gardé leur place. Pour leur symbolique bien entendu, mais aussi parce que l’écologie, la nature et sa préservation sont devenu un des engagements de l’artiste, en plus de la satire politique et médiatique.

 

Des choses à nous dire. Jonathan en a. Du talent, il en est doté sans aucun conteste. Alors aucun doute qu’il ne s’arrêtera pas là, sans compter son jeune âge... Même s’il n’ose lui-même se qualifier « artiste », par humilité, il n’empêche que sa remise en question perpétuelle (dont l’évolution positive de son travaille témoigne), et son désir de créer, travailler, avancer, nous permettent, chez Art Traffik, de mettre une majuscule à l’Artiste que nous sommes heureux de représenter.

 

Peut-être ne serez-vous pas amateurs de son art, touché par son univers, mais il ne vous laissera pas insensible. Et quoi qu’il en soit, du point de vue d’Art Traffik : il est à suivre !!!!!

 

LES ARTISTES QU'IL ADMIRE : 

Les derniers posts sur l'artiste

Découvrez tous les posts Découvrez tous les posts